Culture Marche à pieds

JOUR 1 – 18 juin : J’ai reçu mon premier bouquet de lentilles

juin 21, 2020
Le Puy-en-Velay – St-Privat d’Allier : normalement 25,5km

Par avance, je m’excuse pour la longueur de cet article. Vous pouvez juste regarder les images.


Debout aux aurores, j’ai fait le tour de toutes mes affaires, tout empaqueté bien comme il faut. Le plus lourd au milieu, la crème solaire et la gourde en accès simplifié. Je suis prête !

C’est un chemin que tu fais rarement plus d’une fois dans ta vie, j’ai donc décidé pour l’expérience d’assister à la messe proposée par la Cathédrale et la bénédiction des pèlerins. C’était intéressant et le prêtre était sympa. J’ai mal fait semblant de chanter mais j’ai dit ‘Amen’ assez fort à la fin pour donner le change.



Et plus sérieusement, je ne suis certes pas une grenouille de bénitier mais en sortant de la Cathédrale je me suis sentie boostée. C’est tout de même difficile encore pour moi d’imaginer que j’entame une marche de plus d’un millier de kilomètres. Et heureusement, au moins tu ne recule pas.


Compostelle : un chemin de vieux ?

A tous.tes ceux.celles qui pensent, comme j’ai pu le penser, que le chemin de Compostelle est un chemin pour les impotent.e.s et personnes en fin de vie, je dédicace ce paragraphe. Parce que pas du tout ! Ça démarre sans crier gare avec de la pente, tu retires la veste que tu viens de mettre et tu sues à grosses gouttes. 830m de dénivelé plus tard ça se calme pour un chemin plat et printanier, où tu croises des champs et des frênes*. Mais le mal est fait.

Sinon il y’a ceux.celles qui utilisent un service de transports de bagages (voir l’anecdote en fin d’article)

*Les frênes sont beaucoup utilisés par les agriculteurs pour les vaches et les moutons, particulièrement en cas de sécheresse. Les animaux adorent et dévorent littéralement bois, écorces et feuilles !


Papy fait de la résistance

La première rencontre sur le chemin, j’imagine que tu t’en souviens toute ta vie. Mais là j’ai attrapé le pompom. Je marchais d’un pas volontaire quand j’ai croisé la route d’Alain. Avec son sac Eastpak et ses bâtons premier prix, difficile de croire que cet homme de 65 ans est un habitué des chemins. Depuis 20 ans il y marche régulièrement, et depuis 20 ans il fait dévier des pèlerins comme moi du nouveau chemin tracé par les guides. Pourquoi ?

Voilà l’histoire : il y’a 20 ans, le chemin d’origine qui passait par Bains a été modifiée pour des raisons pécuniaires, et effacé des guides sous pression de certains hébergeant.e.s. Le résultat étant un chemin à suivre en zigzag, sur des chemins de béton et durs à la marche.



Alain a commencé par placer une signalisation légèrement différente pour que les gens puissent au moins choisir le chemin qu’ils souhaitent. Cette dernière a été systématiquement arrachée, brûlée…en fonction du support utilisé. Malin, Alain a utilisé une signalisation moins visible, qu’il communique aux pèlerin.e.s qu’il croise.



Nous avons marché ensemble 2h, le chemin était doux ; et j’ai appris beaucoup de choses sur la Région. J’ai sélectionné pour vous 2 fun facts :

  • L’auteur Robert Louis Stevenson, connu pour ses romans ‘L’île au trésor’ ou ‘Dr Jekyll et M. Hyde’ a parcouru les environs avec un âne en 1878. Depuis, il existe le chemin dit ‘de Stevenson’ qui part également du Puy-en-Velay.
  • Si tu marches et que tu sens une ampoule arriver – ou si elle est déjà là – tu peux utiliser la plante ci-dessous (je n’ai pas retenu le nom…) et la placer entre ta chaussette et la future ampoule. Par frottement le gel qui en sort empêche l’ampoule de se développer, ou calme la douleur si elle est déjà là.


Alain est un résistant qui m’a beaucoup touché, un gentil fou qui se bat pour ses idées et je suis contente d’avoir pu le rencontrer. Longue vie à lui.

De Bains à St-Privat d’Allier

Après avoir quitté Alain, qui m’a dit adieu en m’offrant un bouquet de lentilles, j’ai suivi son chemin, toujours aussi tranquille sous un soleil costaud et des noisetiers. Bains est une jolie ville, avec son église du 12ème siècle consacrée à Sainte Foy. Je ne sais pas qui c’est non plus si ça peut vous rassurer.



Les bâtiments des hameaux traversés étaient principalement en basalte, une pierre qui m’a rappelé l’île de Jeju et sa roche volcanique. Parmi ces derniers, notez une bourgade qui s’appelle Dallas et une autre Le Chier (il faudrait prononcer ‘Cher’ comme la chanteuse). Ça ne s’invente pas.



Je suis finalement arrivée tant bien que mal à St-Privat, avec des descentes chaotiques et casse-chevilles. La ville ressemble à une ville d’un autre temps et beaucoup de ses habitations sont bâties à flanc de montagne. C’est beau !



J’ai passé ma première soirée dans un bar qui fait également gîte. Je m’arrêterai là pour les détails, je n’ai pas apprécié l’endroit pour différentes raisons.



Par contre il y’avait du pèlerins et passée la-timidité-du-début-juste-pour-être-poli.e, j’ai passé une excellente soirée avec 6 personnes que j’espère recroiser sur ma route. Certains avaient déjà fait Compostelle plusieurs fois, d’autres étaient anti-catho, bref pleins d’histoires de vies à découvrir. La particularité j’imagine cette année, c’est qu’il y’a quasi exclusivement des français : Ardennes, région parisienne, Languedoc, Nièvre ou Lorraine composaient le patchwork de cette soirée.


Le bilan de cette première journée est franchement positif, j’ai fait de belles rencontres et marché sur un parcours imprévu.


Le transport de bagage, fausse bonne idée ?

Il existe la possibilité pour les personnes ‘faibles’ d’avoir recours à un transporteur de bagages. Et ils sont nombreux, preuve que ça fonctionne. Je n’arrive pas à trancher : est-ce que c’est de la triche ?

Car dans les faits et pour en avoir discuter avec un transporteur justement au Puy-en-Velay, ce ne sont pas nécessairement ceux qui en auraient le plus besoin qui l’utilisent, mais plutôt ceux.celles qui cherchent à marcher tout confort. Entre 8 et 10€ par étape à ajouter au budget initial, j’espère qu’ils.elles y trouvent leur compte. Chacun sa croix.

Il existe également la possibilité de louer un âne ou un Wheelie. Ce sont des engins à roues accrochés à votre ceinture sur lesquels sont posés les bagages.


Les photos dont je ne sais pas quoi faire par ici :

No Comments

    Leave a Reply